Lumineuse année à tous !

  Bonjour à toutes et à tous,   Pas vraiment de retour,  juste de passage…   Que cette nouvelle année vous apporte l’essentiel en tout, révèle le meilleur de vous-même, porte vos rêves et votre âme avec enthousiasme et gratitude, au coeur du monde et au-delà.     Qu’est-ce qu’une année sans bloguer ? à…

Dans le feuillage bruissant

Dans le feuillage bruissant d’un vertige arc-en-ciel la lumière suspend son vol en fragments de douceur en atomes spirituels autour de l’arbre un cercle se dessine libérant l’illimité les racines de l’essentiel dans une harmonie de couleurs s’entrelacent les vibrations du monde la mémoire des pierres les pollens du vent sur les bourdonnements des ajoncs…

Le souffle de l’univers

Il y a des gorgées de silence essentielles, plus précieuses que l’arrogance d’un jour tranquille où les apparences se jouent du soleil Il y a des baisers volés à l’amour inépuisable qui sommeillent et se dispersent en nuées de sourires écorchés Il y a des ciels inconstants où le mistral, esclave de ses émotions éclaire…

Dans l’espace de ses pas

Dans l’étreinte rugueuse du souffle de l’hiver, le jour se gonfle d’air pur. Au pied d’un arbre majestueux, un homme contemple les vagues du ciel. Le soleil, accroché à l’ourlet d’un nuage vagabond, s’infiltre doucement dans ses pensées et salue comme lui le ballet des étourneaux, étourdissant et hypnotique. L’instant vibre, essentiel et fluide. En…

Sur l’âme d’un rêve

vibrations printanières abondent et dansent au coeur des larmes du vent guidé par un arc-en-ciel samedi s’étire au salon derrière les carreaux un théâtre d’ombres éclaire les champs silencieux glissant sur l’âme d’un rêve dimanche respire en apnée sieste des pensées à contretemps du temps qui passe à l’heure d’été l’esprit en apesanteur le soleil…

Dans chaque ligne de mon âme

abandonnée à la versification comme une religieuse exilée abdiquant sous une cloche solitaire et lustrée d’un hiver au soleil souffreteux je mine mon crayon insensé… dans l’innocence bienveillante d’hallucinations fertiles et exaltantes émancipées d’une morale amère et dramaturge occultant les eaux profondes de l’imaginaire je mâche les vents fanés… rivière chatouilleuse au pied des roches…