Par l’ivoire des vents

Sous un ciel méridien le printemps disperse le soleil en éclats de granit couronne la Femme Fleur caresse une mère berçant son enfant multiplie la lumière sur les herbes indolentes déambule entre Dahut et l’Ankou parmi les sculptures inspirées maillons ADN de mémoires visionnaires d’un monde ouvert à l’infini empli d’un silence profond agenouillé au…

Que reste-t-il de nos amours ?

voici le texte original de ma nouvelle présentée cet été à un concours littéraire, avant les suppressions regrettables que j’y ai apportées.. Un petit bout d’azur pour horizon, niché entre des immeubles ardoises et sans mystère, un vieil homme se réchauffe dans le silence bruyant de la ville, enraciné derrière les volets clos, sous les…