Aux frontières de l’inconnu

Hantée par l’écho de sa solitude, vive et monochrome, retenue par les ondes de l’enfance qui la transpercent encore de larmes blanchies par les bruissements des mots, vapeurs mouvantes, maternelles et immobiles d’un coeur versatile et abrasif, une femme marche. Le long de la rivière où le vert se change en plomb à chacune de…