Dans les frondaisons du cosmos

musarder entre les nuages d’un théâtre étoilé où se reflètent les ailes de la lune les vertèbres du silence et les pensées du monde écumer l’immensité bouillonnante où dorment les rêves éclatant de transparence qui moutonnent à cloche-vague et esquissent nos âmes y cueillir les atomes de l’humanité enchâssés dans les frondaisons du cosmos mûrissant…

Comme un vieux vinyle crépitant

comme un vieux vinyle crépitant l’automne s’attarde dans les plis d’un palais de feuilles et souffle sur les sentiers de l’hiver où les corbeaux ondulent avec les cieux avant de traverser les antiques néants aux murailles de lumière exsangue aux blessures cristallographiques puisant le sang de la nuit jusqu’aux entrailles de l’âme où la houle…

La musique des rêves

gorgée de lumière la musique des rêves se mêle aux mystères de l’univers dans les reflux de la Terre jusqu’au crépuscule du vent où l’écho des vagues danse avec la poussière à marée basse elle respire le parfum des ajoncs luisants dans les brouillards de pollen où seules les abeilles piquent sur le sable des…

Sous son pelage de nuit

allongé sur l’horizon grisaillé un chat veille sur la ville sous son pelage de nuit quelques mystères griffés de liberté éclairent la lune d’opales ensorcelantes dans un bain d’étoiles un chat s’endort sur la chaise longue sur le balcon silencieux à l’heure des rêves apaisés s’épanouissent les âmes de soie et le chat des voisins…

Lune

posée sur l’eau drapée de silence et d’écume flotte la lune majestueuse et fluide au coeur d’un coquillage musicien à la source des mystères elle cueille la lumière et dissipe les parfums du temps magnifiant l’invisible dans les fissures limpides de l’océan plonge la lune sur les ailes d’un phalène géant dans un ballet de…

Longeant les dunes sauvages

au milieu d’un théâtre de genêts alanguis sur la chevelure moussue d’un géant de granit trois sages migrateurs à la respiration ensoleillée surplombent les mystères disséminés de la Bretagne ici et là longeant les dunes sauvages chahutées par les marées habillant de glycine et de pluie les façades de pierre au gré des chemins paroissiens…