Sur une muraille de goémon

dans l’ardeur d’un rayon de soleil se dérobant aux parfums ermites le crépuscule décline la terre et écume les vagues de schiste sur une muraille de goémon émaillant le chant des goélands la lune fauve dessine un dragon et croque le coeur de l’océan sous le regard charbonneux du temps limonant les dunes paresseuses la…