Sur les ailes des tournesols

Larmes de cendres
s’élèvent des grands fonds
s’enroulent autour des galets du ciel
creusant les mémoires des vents

dans l’écho archéologique du temps
les confidences de la lumière
emportent les arbres et les brouillards
loin, très loin des griffes des volcans
près, si près des îles secrètes
qui naviguent en nos terres
comme des aubes fuyantes
éclaboussant l’horizon

dansent les murs de sable
déracinant à chaque pas
les craintes du monde

la magie est partout
le spleen aussi

sur les ailes des tournesols
musardent les ombres des lagunes
se rafraîchissent la lune et les étoiles
s’aiment le jour et la nuit
défilent les rêves

tout se meurt
même le tic-tac des horloges

s’effacent les vents jaunissants
au bord des bois odorants
souffleurs de vers

l’espace est un poème
un bouquet de fleurs d’encre

un jardin sacré

Texte: MOONATH © ND

Photo : Brigitte Werner - Pixabay
Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Luober dit :

    Paroles sacrées et féminines…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s