Les branches du vent

Sous un ciel brumeux
enchâssé dans la grisaille de janvier
marcher dans les pas du soir
aux rayons frêles et nacrés
éparpillés entre les arbres grelottants

Le froid chante
Les bouts des doigts palpitent
comme des bougies brodées d’épines

Le crépuscule descend sur le monde
croisant les oiseaux poudrés et les feux de l’hiver

La fièvre agite les branches du vent
écharpe le temps, soufflant sur l’espace bleu

La lune fidèle et pleine
remonte la rivière
emmitouflée dans un silence d’étoiles

Entre les plis de l’eau
un cygne respire les fleurs de la nuit
et se réchauffe aux murmures de Vénus

Texte : MOONATH © ND

Photo : Wallpaper / natbg.com
Publicité

7 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Margot Roisin dit :

    C’est superbe, merci.

  2. Magnifique …!
    Amitiés

  3. ô2lys dit :

    « Entre les plis de l ‘eau, un cygne respire les fleurs de la nuit et se réchauffe aux murmures de Vénus » Je ne sais pas où vous trouvez ces mots avec une telle ampleur visuelle et si poétique, quelle belle âme ! Un ravissement intérieur, je vous adore..Sublime, merci beaucoup! …douce nuit…

  4. Moonath dit :

    Merci Margot, Madeleine et ô2lys pour vos lectures bienveillantes. Douce soirée. Amitiés poétiques !

  5. bizak dit :

    Sublime poème ! des mots enfiévrés et beaux. Merci

    1. Moonath dit :

      Merci Bizak pour votre visite ici. Belle soirée.

  6. Marie dit :

    Une nuit de pleine lune et de brume tellement bien racontée…Divines paroles…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s