Sous un nuage d’écume

Sous un nuage d’écume
les violons de l’hiver
apprivoisent mes pensées
en quinze gorgées de chocolat

Paris s’enrhume, mon coeur aussi

Sur l’asphalte engourdi
se couche la neige
crépitent mes larmes
au pied d’un arbre dévêtu

Paris se meurt, mon corps se glace

Au creux de mes oreilles
Schubert se noie dans mon chagrin
en tourbillon karmique
en cristaux de fièvre

Paris, adieu !

Texte : MOONATH © ND 

Photo : Pinterest
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s