Sous un soleil crépitant de fièvre

Entre les lézardes des nuages
l’éphémère cascade en mille perles d’infini

Novembre s’éveille, l’automne respire, la sérénité tourbillonne

sous un soleil crépitant de fièvre
les silences du monde s’habillent d’or et de rouille

Novembre s’effeuille, l’automne inspire, l’âme s’envole

Texte & photo : MOONATH © ND

Photo : wallpapersok.com
Publicité

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Elisa dit :

    Que l’âme batifole en choeur avec l’hiver pour nous revenir au printemps toute guillerette. Merci pour ce beau poème Moonath, bon long we 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s