Kemper

égrenant la pluie
le soleil descend l’Odet
et serpente entre les kayaks colorés
se laissant porter par le printemps

caressant mon regard
les berges rêveuses
les mouettes boulimiques
les cirés des passants
le Mont-Frugy et ses arbres de granit
il s’envole sur un nuage ardoise
troublant les pavés de Kemper
en myriades de reflets polychromes
jusqu’à la Cathédrale Saint-Corentin
l’habillant d’un bleu cotonneux
dessinant ici et là
des jardins de dentelle
parfumés de douceur médiévale

épanouissant mes pas
entre les maisons à pans de bois
l’ombre du roi Gradlon flâne
clef de voûte de ce poème

Texte : MOONATH © ND

Photo : NoahMca - www.tripadvisor.fr
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s