Comme un vieux vinyle crépitant

comme un vieux vinyle crépitant
l’automne s’attarde
dans les plis d’un palais de feuilles
et souffle sur les sentiers de l’hiver
où les corbeaux ondulent avec les cieux
avant de traverser les antiques néants
aux murailles de lumière exsangue
aux blessures cristallographiques
puisant le sang de la nuit
jusqu’aux entrailles de l’âme
où la houle glisse et plonge
dans un océan d’or et de glaise
à la rencontre des mystères de la vie
de ses sillons creusés
par les complaintes du monde
et les silences de brume
où l’écho des forêts et des étangs
se mêle à la beauté d’un matin immortel
gorgé des larmes du Sahara
et des flûtes de l’au-delà
berçant l’éternité d’une mélodie gravée
qui tourne-disque comme un saphir mémorial

Texte : MOONATH © ND

photo : Mateusz / Pixabay
Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Ada dit :

    Je ne me lasse pas de relire. J’aime beaucoup.

  2. Elisa dit :

    Un poème magnifique, j’entends d’ici le grésillement du vinyle. Merci Moonath 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s