Fantaisies du pêcheur

Il était vingt neuf mille deux cent trente fois,
Un drôle de pêcheur qui pêchait de sérieux.
Il habitait un endroit où régnait la bonne humeur,
La bienveillance et la musique des cieux,
Un lieu que peu de gens connaissent
Où seul l’amour est contagieux.

Laissez-moi vous conter son histoire…

Ce truculent pêcheur qui n’avait pas le pied marin,
Vécu sa jeunesse, assis sur un rocher,
A sentir, à regarder, à entendre, à toucher, à goûter
L’eau, l’air, le feu, la terre et ses songes étoilés.
Vivre était le sens de sa vie, aimer sa force vive
Même si, pour d’autres, sa vie n’avait aucun sens.

Laissez-moi vous conter son rêve…

Ce pêcheur bohème conservait dans sa bourriche à poissons
Des boîtes de sardines, sans huile et sans sardine,
Où s’alignaient, en arêtes, de minuscules partitions
Créations fantaisistes d’un ordinaire extraordinaire.
Vivre à sa guise aiguisait son inventivité
De chef d’orchestre d’un choeur virtuose.

Laissez-moi vous conter son espoir…

Ce généreux pêcheur avait pour ligne de conduite
D’atteindre l’authentique bonheur, sans leurre,
Libéré du gilet brodé aux poches pleines de maux,
De la canne à péchés, de l’appât du gain;
Du plomb qui alourdit l’esprit, du bouchon qui rend sourd,
Du filet des souvenirs qui emprisonne.

Laissez-moi vous conter son quotidien…

Ce facétieux pêcheur se levait rayonnant avec le soleil
Puis posait son éternel sourire débonnaire sur l’océan pacifique.
De ses bras, il moulinait, essayant d’attraper quelques mouches cantatrices
Zézayant, devant un banc de poissons médusés
Qui voyaient en lui le dernier des philosophes musiciens
Porté par la vie jusqu’à la clef du coeur.

Laissez-moi vous conter sa musique…

Ce pêcheur compositeur, dont l’âme sonnait comme une folle mélancolie,
De sa baguette magique, donnait le la d’un opéra pittoresque, avec maestria
A des requins édentés aux cuivres, à des raies mal coiffées aux vents,
A une baleine à la mauvaise haleine au chant, à un thon baryton,
A des crabes et des langoustes désaccordés aux cordes,
A une pieuvre aux percussions et à une seiche soprano.

Laissez-moi vous conter son imagination…

Ce créatif pêcheur dénotait une musicalité envoûtante
Puisée aux sources de l’enfance, à la fontaine de l’indifférence,
Laissant chanter ses souvenirs silencieux, vibrations d’un temps,
De concert avec l’instant présent, essentiel d’humanité,
Laissant danser ses rêves troubadours, à pas mesurés,
Sur des pointes spirituelles, bouleversantes de sagesse.

Laissez-moi vous conter sa liberté…

Sur son visage d’enfant pêcheur buriné par les ans,
S’inscrivait la symphonie de sa vie, sa liberté inconditionnelle
Du regard des autres, réalisation expérimentale
Cheminement classique vers sa vérité,
Voyage sacré en sol majeur, au rythme harmonique
De sa respiration, de sa petite musique intérieure.

Texte : MOONATH © ND

photo © Yves Le Jeune
 (https://www.facebook.com/YvesLeJeunePhotographiesDeBretagne)
Publicités

7 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. mixate dit :

    cette photo m’apaise, merci 😉

  2. Pêcheur d’infini, pêcheur de rêve…
    ou est Ernest ?
    très jolie photo (comme d’habitude devrais-je dire 🙂 )
    Breizh Bisousssssssssssssssssssss

  3. Ada dit :

    J’aime ! Surtout la strophe « Laissez-moi vous conter sa musique… » 🙂

  4. Eh vous, la pêcheuse de lune, bravo pour ce texte multicolore : on y voit des étoiles.

  5. Anne-Ma dit :

    La photo est magnifique, le texte est superbe, la recherche des mots, le rythme… J

    1. Anne-Ma dit :

      J’aime beaucoup 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s