Au large d’une seconde intemporelle

voilée de douceur bretonne
une crique abandonnée par l’océan
observe un goéland argenté aux ailes corsaires

au large d’une seconde intemporelle
elle plonge avec lui au coeur de l’imaginaire
à la recherche de l’étoile marine

sur l’épave d’un nuage disloqué
l’oiseau déplie une galaxie aux perles d’or
et dessine un menhir en son centre

tel un druide dans sa robe d’écume
il s’élève doucement dans l’air humide
et décroche mille galets du ciel

muni d’une serpe en cristal
il attend l’Ankou, paroissien osseux
au service des grincements de dents

dans un champ fleuri de chimères sélaciennes
la princesse des sables, le flibustier et la mort
s’endorment sous l’écorce de mon rêve

Texte : MOONATH © ND

Photo de Ronan Follic
Publicité

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. damemiracle dit :

    Très beau poème Moonath, bravo mon amie et bon week-end 😊

  2. flipperine dit :

    que c’est joli

  3. Moonath dit :

    A reblogué ceci sur Moonath – l'Univers des motset a ajouté:

    un poème que vous pouvez soutenir ici : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/au-large-d-une-seconde-intemporelle
    merci et douce nuit à tous !

  4. mamielily dit :

    Décrocher les galets du ciel…une seconde intemporelle…quel univers poétique! J’aime.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s