Sur les lignes d’un cahier brouillon

sur les lignes d’un cahier brouillon
l’écho d’un tambour se dessine en transparence
au coeur de la lumière du soir

dans les vertiges de l’éternité
l’inspiration se délie en volutes absolus
et la savane s’endort dans son manteau de cuir

à l’encre de lune, sur les sentiers des rêves
la poésie effeuille la poussière d’étoiles
portée par la frénésie silencieuse d’une nuit saltimbanque

exaltée par la clarté d’une forêt buissonnière
une tribu de rhinocéros vibre au rythme des mots
martelant les herbes sèches

sur les lignes d’un cahier brouillon
dans la tiédeur d’un monde sauvage
l’insomnie module les veines du temps

Texte  : MOONATH © ND 

Photo de Keith Connelly
Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. flipperine dit :

    ce doit être un joli cahier de brouillons avec un aussi beau poème

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s