A contre-nuit

A contre-nuit
un roman sombre
à la couverture flétrie
s’endort au fond d’un sac

Le silence aboie sur les bords de la Seine

Cachés au fond d’une poche
chancellent à chaque station
un plan de Paris en charpie
un vieux crayon de plomb
un caramel gourmand
et des mots en ritournelle

A contre-nuit
au bas d’un escalier
une odeur d’ampoule grillée
se mêle aux épices asiatiques

La lune campe sur les toits de Clichy

Dans leur aquarium de volupté
deux coeurs se détachent
comme les feuilles d’un hêtre
enchaîné à ses ambiguïtés
les écailles étiolées
Grateful Dead pour linceul

A contre-nuit
une âme pleure, se libère
caresse la lumière du jour
en remerciant la vie et l’univers

Februarius souffle sur le monde avec lucidité

 

 

Texte : MOONATH © ND 

Photo de Anna Benicewicz-Miazga

Enregistrer

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. damemiracle dit :

    Vraiment magnifique Moonath, bravo! J’adore. Gros bisous, Gigi ☺

  2. c’est très original, a contre nuit, j’aime beaucoup 🙂
    Bisousssssssssssssssssssssssss

  3. flipperine dit :

    durant la nuit certains sont heureux de se retrouver en couple, d’autres sont bien tristes ils sont seuls et sans logis

  4. SuperYannig dit :

    Conserver l’équilibre, l’harmonie par la présence nécessaire des contraires et des contre-jours. Nous voici transportés dans des univers différents, touts plus intéressants les uns que les autres à chaque publication, cet « à contre-nuit » le confirme avec ses mots brillants comme le soleil à travers la pluie.

    kenavo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s