« Volutes »

le

l’âme mélancolique d’une poésie essentielle…

« Vos luttes partent en fumée
vos luttes font des nuées
des nuées de scrupules

Vos luttes partent en fumée
vers des flûtes enchantées
et de cruelles espérances
me lancent des dagues et des lances
en toute innocence

Je cloue des clous sur des nuages
un marteau au fond du garage
Je cloue des clous sur des nuages
sans échafaudage

Vos luttes partent en fumée
sous les yeux embués
d’étranges libellules

Pour une grimace et un rictus de plus
je fais des heures sup’
je m’en donne de la peine
je cogite, je m’agite, je rejoue la scène

Je cloue des clous sur des nuages
un marteau au fond du garage
Je cloue des clous sur des nuages
sans échafaudage

Et mon corps, de se vouer, à des lunes surdouées
aux courbes souveraines, pleines, pleines

Vos luttes partent en fumée
sous des soleils qui s’ignorent
Dor-dormez, mes réponses allongées
mais que dire
mais que faire
mais comment ça tient en l’air
ces deux hémisphères par quel mystère

Je cloue des clous sur des nuages
un marteau au fond du garage
Je cloue des clous sur des nuages
sans échafaudage »

Paroles :  Alain Bashung &  Jean Fauque
Musique : Alain Bashung.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Magique, fort, brillant !! Merci de ce partage !

  2. flipperine dit :

    de belles paroles et que cela serait bien si les luttes partaient en fumée pour ne plus revenir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s