Quimper

cathedrale-saint-corentin-quimper

j’aime la poésie de Quimper et son art de vivre depuis 10 ans déjà…

 

O mes écrits nouveaux ! je veux qu’ils outrepassent
Le ciel ! le poète fidèle à son rêve impossible !
Attelé dans les bras solides de la Muse
Il écrit sur l’azur envers du Paradis.
Gentil Quimper, le nid de mon enfance
De lierre, ormeaux, roches tout tapissé,
Vois ce, d’un tendre effort, qu’à ta face
J’offre ! un miroir de hêtres et de houx,
Hêtres et houx cachant nos jeux de courses
Par intervalle dans l’étroite vallée !
Ayant confié le cartable à la mousse
Avec les compagnons j’ai folâtré.
Mère ou servante, le dos à la feuillée
Brodait, cousait ou ravaudait les bas
Sans craindre trop la pente ravinée
Car les quinconces protégeaient nos faux pas.
Du haut en bas ce n’était que feuillage
Piécettes d’ombre et pièces de soleil
Sur une haie c’est du linge qui flotte
Troupeau gardé par la vieille au bâton
Nous, lévriers de la terre moussue
Nous poursuivions dans le couloirs de hêtres
Blancs, hérissés parfois d’éventails de rameaux
En bas, l’Odet aux ponts de fer multiples
Se gargarise interminablement.
Sur le disque éclatant de l’Odet élargi
J’aimais apercevoir entre les doigts des arbres
Les joues du grand voilier dorées par le soleil
Tandis que sous nos pieds s’élançant des broussailles
Les trois-mâts fins et lourds faisaient songer à Dieu.
J’écris nos deux clochers en lettres majuscules
Fleuries, enrubannées, pleines de cris d’oiseaux
L’escalier de la tour au milieu des coquilles
Des blancs, des nuits, des coins et des coups d’air soudains
C’était comme paraphe ! Avec des Parisiens
Nous avons effrayé vos poutres, grandes orgues !
Jésus habite en bas. C’est une tiare
Le haut, le phare que les archanges
Tiennent depuis des siècles et des siècles à deux mains
On tolère la canne et le pied des humains
Or le vallon serait un clocher à l’envers
Sans les gros marronniers et vingt-cinq ponts de fer.

Max Jacob

 

Photo : fr.topic-topos.com
Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. damemiracle dit :

    C’est très beau Moonath, merci mon amie, gros bisous, Gigi 😊

    1. Moonath dit :

      un poème généreux sur Quimper, ville natale du poète Max Jacob…
      et superbe commune bretonne d’art et d’histoire où j’habite depuis 10 ans…
      belle soirée Gigi et merci pour ta fidélité..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s