Au petit matin

3.Les toits de ParisJacquesVanni

au petit matin
sous le poids d’un ciel glacial
février s’éteint

sur les ardoises enneigées
l’haleine d’un vent mauvais

au petit matin
luisante comme un phare d’or
la lune me guide

à travers les ondes sombres
d’un sourire échevelé

au petit matin
au milieu des draps livides
un guerrier se lève

révélant d’un regard froid
son âme déliquescente

au petit matin
dans la frénésie d’un rêve
l’évidence s’éveille

à pas feutrés, d’une ardeur
ensorcelant l’horizon

au petit matin
sanglots et chevelure noire
me parlent enfin

dissipant le Mayflower
et ses plumes présomptueuses

au petit matin
dans le reflet d’un baiser
le mystère n’est plus

épinglant l’illusionniste
au ramage insalubre

Texte : MOONATH © ND

Aquarelle de Jacques Vanni
Publicité

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. damemiracle dit :

    C’est très beau Moonath, merci mon amie et bonne semaine 😊

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s